9782253157465-T

    Il y avait longtemps que je n'avais pas parlé de théâtre sur ce blog, c'est désormais chose faite avec cette chronique sur Le Paquet de Philippe Claudel. J'ai lu cette courte pièce au mois d'octobre mais je n'en parle qu'aujourd'hui, veuillez, s'il vous plait, excuser mon inexcusable retard !

    Le Paquet de Philippe Claudel est la première oeuvre que je lis de cet auteur et je dois avouer que je n'ai pas été déçue : cette pièce est originale tant dans sa forme que dans son fond car elle nous amène à nous poser de nombreuses questions : Qui est cet homme ? Que cherche-t-il ? Pourquoi possède-t-il un paquet et que contient ce paquet qu'il tient si près de lui ?  

    Avant de parler plus précisément de l'oeuvre, voici quelques mots sur l'intrigue pour que vous puissiez vous situer : Un homme tient contre lui un paquet auquel il semble attacher de l'importance, mais que peut-il bien contenir ? Le cadavre de sa femme qu'il aurait assassiné ou les espoirs de toute une vie ?

    La pièce se situe dans la lignée du théâtre de l'absurde. Contrairement à d'autres pièces qui miseront sur des dialogues entre différents personnages, ici le texte est un monologue qui s'étend sur toute la pièce, l'auteur créé une atmosphère particulière, qui semble lourde, pesante et froide. On a l'impression d'une forte solitude de la part de cet homme dont on ne sait rien. Cependant l'unique personnage sur scène ne semble pas si seul que cela, puisque le paquet est omniprésent, il occupe l'espace, les pensées, les réppliques, il concentre toutes les attentions à son égard.

    Innévitablement, le lecteur se pose la question de savoir ce que contient ce paquet et pourquoi est-il si important pour cet homme marqué par la vie et par le contexte socio-politique actuel comme on peut le lire dans la pièce. Car c'est cet élément qui rend le texte si particulier, on se sent proche de cet homme rongé par le doute car nous avons les mêmes angoisses que lui, nous faisons parti de même monde, il exorcise nos craintes et nos angoisses. Le paquet serait-il le symbole de tout cela ? 

    J'ai beaucoup apprécié cette pièce qui m'a fait réfléchir sur certains aspects de notre société, le personnage semble au premier abord mystérieux mais on est très rapidement en emphatie avec lui lorsque l'on en apprend plus pour lui. Le dénouement m'a semblé inattendu mais convenait parfaitement à la pièce.

    En un mot, je vous conseille de lire cette courte pièce et pour ma part je vais sans doute m'aventurer un peu plus loin dans l'oeuvre de Philippe Claudel en esseyant de me procurer (et de lire !) La petite fille de Monsieur Linh et Le rapport Brodeck.

 

Ce billet s'inscrit dans le challenge "En scène ! 2013" chez Eimelle.

CategorieRacine