C_Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c_7935

    Un roman qui a fait sensation lors de la rentrée littéraire de 2013 avec un titre à rallonge et une couverture qui attire l'oeil : telle à été ma première pensée lorsque j'ai tenu entre mes mains L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA de Romain Puértolas, un roman contemporain avec un titre de trois kilomètres et demi qui annonce une histoire loufoque et rocambolesque comme je n'en n'avais pas lue depuis longtemps. 

    J'avais donc un apriori positif sur ce livre qui avait bonne impression auprès des blogueuses littéraire, mais malheureusement ma lecture s'est très rapidement tranformée en déception durant une grande partie du roman. Néanmoins la fin sauve un peu l'ensemble à mes yeux et permet de terminer la lecture sur une note plus positive.

    Alors pourquoi n'ai-je pas aimé L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA ? L'histoire de ce fakir bourlingueur malgré lui ne m'a pas faite rire, ni même sourire un seul instant bien que je sois habituellement "bon public". L'humour utilisé m'a semblé assez lourd (comme par exemple la façon de prononcer le nom des personnages qui était sensé nous faire décocher un sourir ou encore les jeux de mots usés du type "Lavash (sacrée)") et l'auteur utilise le comique de répétition un peu trop à mon goût, ce qui est tout de même assez lassant à la longue. 

    De plus le personnage principal, Ajatashatru Lavash Patel, m'a semblé assez plat, il très (trop?) naïf, on a du mal à saisir sa psychologie et on a donc du mal à s'identifier à lui tout comme pour les autres personnages. On a l'impression d'avoir affaire à des embreyons de personnages, on sent où l'auteur veut en venir mais il ne va pas au bout des choses, ce qui est assez décevant.

   Je dois cependant reconnaitre certaines qualitées à l'auteur car tout n'est pas à jeter dans ce roman, loin de là. En effet, Romain Puértolas est très bon pour dépeindre les conditions de vie des immigrés clandestins vers l'Europe et plus particulièrement l'Angleterre. Sans être trop dans le pathos, il tend à décrire leur quotidien difficile de la manière la plus juste possible en vue de mettre en lumière l'injuste traitement auquel ils doivent faire face tous les jours. Ces parties militantistes qui prennent en compte les problématiques politiques actuelles sont selon moi les plus réussies de ce roman mais elles ne suffisent malheureusement pas sauver l'ensemble.

   Bref, vous l'aurez compris cette réécriture de Candide des années 2010 ne m'a absolument pas convaincue et je n'aime pas être "fâchée" avec un livre et son auteur comme ça été malheureusement le cas ici. C'est assez rare pour le souligner, mais j'aimerai tout de même lire un autre ouvrage de Puértolas afin de me faire un avis plus complet sur cet auteur et peut-être avoir ainsi une opinion plus favorable.

Ce livre a été lu dans le cadre du jeu sur Livraddict "Choisir le prochain livre de ma PAL" car il m'a été choisit par Bountyfrei et il me permet d'ajouter une nouvelle participation au "Plan Orsec 2014" de George. Il est également une participation à la session de février 2014 (Un adjectif dans le titre) du challenge de Métaphore "Jacques a dit..." et une participation rétroactive au challenge "A la découverte de l'Inde" proposé par Darkness sur Livraddict.

PAL2   pal-orsec-20141    sans-titre-2   inde du sud