leroy 1 blog

      Après avoir lu Gatsby le Magnifique cet été, j'ai eu envie d'en connaitre un peu plus sur la vie du célèbre couple des "Roaring twenties": Francis Scott et Zelda Fitzgerald. Il se trouve que j'avais Alabama Song de Gilles Leroy dans ma PAL qui aborde justement ce thème-là. Bien que l'auteur ne respecte pas entièrement les faits historiques et romance un peu leur histoire, j'ai trouvé cette lecture instructive. Ce livre est à prendre malgré tout comme un roman s'inspirant de faits réels et non comme une biographie à proprement parler, vous voilà donc prévenu ! 

     J'avais lu de nombreux avis sur ce roman dans différents blogs de lecture avant de me lancer à mon tour. Certaines avaient souligné l'aspect trop romancé qui personnellement ne m'a pas dérangé et d'autres avaient également regretté la construction bien trop complexe de la narration. Sur ce point, je dois reconnaitre qu'il peut être difficile de se repérer dans les différents retours en arrière que fait le personnage de Zelda pour raconter son histoire. J'avoue avoir été perdue à certains moments, mais l'intensité du récit m'a fait occulter cet aspect. 

      A travers le point de vue de Zelda, Gilles Leroy nous plonge dans l'histoire de ce célèbre couple et s'intéresse à l'ensemble de la vie de cette femme trop libre, trop moderne pour son époque. On suit le personnage depuis sa jeunesse où déjà "la fille du juge" faisait de nombreux ravages autour d'elle. On assiste à sa rencontre avec "le lieutenant Fitzgerald" qui la mènera à sa déchéance la plus totale.

   J'ignorais tout de l'histoire de ce couple jusqu'à ma lecture de ce roman biographique. Ma relation au personnage de Zelda a été complexe, à l'image de cette femme. Je l'ai tour à tour aimée et détestée mais je me suis attachée à elle. On compatit lorsque l'on lit les scènes de violence avec son mari et on voudrait qu'elle connaisse un avenir meilleur. A l'image de ces héroïnes ou personnes réelles, qui sous le vernis de la gloire et du succès connaissent la désespoir et le malheur en rejetant leurs enfant, Zelda pourrait faire figure d'héroïne tragique telle une Médée des temps modernes qui a abandonnée la fille qu'elle a eu de Fitzgerald.

   Le personnage torturée de Zelda est parfaitement retranscrit grâce au style ciselé de Gilles Leroy. J'ai beaucoup aimé la fluidité de l'écriture, la recherche dont il a fait preuve et qui ont su m'emmener vers les années folles. Le roman est parfois dur par son contenu mais on le lit d'une seule traite tant on est happé par le récit. 

    Un roman magnifique qu'ont su reconnaitre les professionnels puisqu'il a reçu le prix Goncourt en 2007.

Ce roman rentre dans le cadre des challenges suivants : Le challenge "Jacques à dit" chez Métaphore, le challenge "F.S.Fitzgerald et les enfants du Jazz" chez Asphodèle et enfin le plan ORSEC 2014 chez George. Il est de plus une participation rétroactive au challenge d'Anne : "Des notes et des mots".

sans-titre-2    logo fitz challenge     pal-orsec-20141    challenge-des-notes-et-des-mots-4