15 novembre 2014

Bilans mensuels n°15 et n°16 : Septembre et Octobre 2014 : SUITE ET FIN !

logobilmens

      Souvenez vous, la semaine dernière je revenais enfin parmi vous après une pause de quelques semaines où il a été question de savoir si j'allais conserver ce blog ou non. Grâce au soutien de certains d'entre vous, je suis revenue gonflée à bloc, prête à retrouver mon blog et à écrire de nouveau des articles qui iront se perdre dans la Toile. Je vous ai fait part samedi dernier de mon bilan livresque (et pas seulement) de Septembre, prête à enchainer sur celui d'Octobre quand je me suis dit que j'allais vous laissez dans un suspence insoutenable (rien que ça, ni plus ni moins !) le temps d'une semaine.

    L'heure fatidique est enfin arrivée, le suspence est à son comble, vous tremblez fébrilement derrière votre écran pour enfin découvrir que...

     Pour la première fois depuis le début de l'année j'ai échoué dans la réalisation de mon objectif du PLAN ORSEC 2014 organisé chez George ! Deux livres seulement ont été lu sur les trois prévus, l'objectif a donc été raté de peu, mais a été raté tout de même.

     Passons maintenant au détail de ces deux lectures : 

     Commençons par celle que j'ai préférée des deux, Au bonheur des ogres de Daniel Pennac. Je connaissais déjà un peu sa plume pour avoir lu Chagrin d'école en mai dernier. Le challenge autour de l'auteur ne tardant pas à se terminer, je me suis dit qu'il aurait été dommage de ne pas découvrir sa fameuse saga Malaussène. Je n'ai pas été déçue par ce premier tome haut en couleurs et en rebondissements (le deuxième est d'ailleurs déjà arrivé dans ma PAL). On s'attache très vite à cette famille pas comme les autres et à cet univers décalé flirtant avec l'absurde. Une très bonne découverte dont il me tarde de vous parler plus en détails dans un prochain billet.

    Véritable marathon livresque s'étalant sur plusieurs mois, c'est en Octobre que j'ai enfin terminé Quatrevingt-treize de Victor Hugo. Après autant de temps consacré à cette lecture, je ne sais plus quoi penser. Je reconnais le génie d'Hugo sur cette fresque révolutionnaire, mais la fin m'a terriblement déçue. Une épopée qui traine en longueur mais qui n'est pas dénuée de qualités. Il faut s'accrocher pour apprécier cette oeuvre ambitieuse, dont on retient plus la richesse de fond, la rigueur historique, la force des mots et le style inimitable d'Hugo que l'intrigue.

   Octobre a décidément été un petit mois puisque parmi ces deux lectures, aucune sortie théâtrale, artistique ou cinématographique n'est venue égayer ce mois de reprise universitaire. Heureusement, je me suis rattrapée de ce côté-là en Novembre où vous avez déjà pu lire mon avis sur le dernier film de David Fincher, Gone Girl. Un billet sur un autre film est par ailleurs en préparation...

couv16311037    couv10883509

Posté par Ostinato à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Gone Girl, de David Fincher.

508784

     Sorti le 8 Octobre dernier au cinéma, Gone Girl est le dernier film en date du réalisateur américain David Fincher (également auteur de Fight Club, The Social Network...). Ce thriller psychologique raconte l'histoire d'un couple d'américains appartenants à la classe moyenne du Minessota et originaires de New-York.

     Bien que formant un couple idéal, un duo complémentaire et soudé, ces deux-là sont pourtants très différents l'un de l'autre : Elle est fille unique et issue de la grande bourgeoisie new-yorkaise, elle est sortie des plus grandes universités américaines. Elle a tout pour elle : elle est belle, riche, intelligente, brillante et sexy, c'est la femme fatale par excellence. Lui est l'archétype de l'américain moyen né au fin fond du Minessota qui s'est sorti de sa condition grâce à son physique avantageux...et grâce à l'argent de sa femme. Ils mènent tous les deux une vie paisible et banale où il gère le bar du coin avec sa soeur jumelle et où elle occupe ses journées en étant femme au foyer.

    Le jour de leur 5ème anniversaire de mariage, alors qu'ils semblent être plus amoureux que jamais, elle disparait mystérieusement. Une mobilisation sans précédents s'organise alors pour retrouver au plus vite la nouvelle enfant chérie de l'Amérique. La machine médiatique s'emballe, l'affaire est désormais connue dans tout le pays et c'est à ce moment là que le vernis qui protégeait ce couple modèle se met à craquer...

    J'avoue être assez mitigée concernant le dernier film de David Fincher. Certes, le suspence est haletant et malgré certaines longueurs, on ne peut détacher le regard de l'écran tant on souhaite connaitre l'issue finale de cette affaire pleine de rebondissements. Néanmoins, quelques passages auraient pu être raccourcis pour gagner en efficacité et faire en sorte que le final ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe. C'est d'ailleurs la troisième partie du film qui fait que j'ai cet avis mitigée car les deux premières sont vraiment bien ficelées et montrent bien la qualité du jeu des acteurs.

   Parlons justement du casting qui, comme toujours chez Fincher, est parfaitement bien choisi. Ben Affleck, dont la carrière d'acteur a connu des hauts et des bas (enfin surtout des bas), nous prouve grâce à ce film qu'il n'est pas seulement un réalisateur de talent (Argo, Gone Baby Gone) mais qu'il peut également être bon devant la caméra en jouant le rôle du mari de la disparue. Mais la révélation de ce film est sans contestes Rosamund Pike qui livre ici une performance incroyable, digne des Oscars dans le rôle de cette disparue qui fait chavirer l'Amérique.

   Par ailleurs, les seconds rôles ne sont pas mauvais et le choix des acteurs pour les interpréter est assez surprenant car ils sont à contre-courant : on y retrouve la playmate du clip de Blurred Lines Emily Ratajkowski qui ne se débrouille pas trop mal pour son premier rôle au cinéma, ainsi que Neil Patrick Harris, acteur plutôt habitué à la comédie (How I Met Your Mother) mais qui nous montre qu'il peut également jouer dans un registre plus dramatique.

   Comme toujours chez Fincher, la critique acerbe de son temps n'est jamais bien loin et dans Gone Girl il s'attaque aux grands networks américains cherchant à tout prix à faire du sensationnalisme, à jouer sur l'émotion plus que sur l'information, oubliant de nuancer leurs propos ou de mener une véritable enquête journalistique. Le monde des médias américains est peut-être ici caricaturé par Fincher, mais le fond reste néanmoins vrai. 

   Malgré des qualités incontestables que je vous ai détaillées ci-dessus, le dernier Fincher m'a assez déçue mais m'a donnée envie de lire le best-seller qui en est à l'origine : Les Apparences de Gillian Flynn. L'auteure du livre est également l'auteure du scénario et a volontairement changé la troisième partie pour le cinéma, j'ai donc bien envie de découvrir le sort qu'elle leur avait réservé à l'origine.

Posté par Ostinato à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2014

Bilans mensuels n°15 et n°16 : Septembre et Octobre 2014.

logobilmens

     Près d'un mois après la parution de mon dernier article (Hors de moi, de Didier van Cauwelaert), je reviens enfin parmi vous pour vous dévoiler mon bilan non pas mensuel, mais bien bi-mensuel puisque je vous y dévoile mes lectures de Septembre ET d'Octobre. Par avance, je remercie toutes celles et ceux qui ont su me persuader de garder ce blog en vie au moment où j'avais beaucoup de doutes concernant sa survie... Merci à vous, c'est grâce à vous que ce billet de renaissance voit enfin le jour !

     Vous vous douterez que vu que le blog s'est accordé une petite pause salvatrice, aucune des lectures présentées aujourd'hui n'a encore eu le droit à sa chronique complète, mais ça ne va pas tarder à venir ! Passons maintenant aux lectures du mois de Septembre qui sont au nombre de trois (autrement appelé le minimum syndical, vous commencez à connaitre la musique...)

     Ça a beau être un de mes auteurs préféré, un de ceux qui occupent une place de choix sur le podium, mais je n'avais toujours pas lu un de ses ouvrages depuis l'ouverture du blog. L'injustice est désormais réparée puisque j'ai enfin découvert une des pièces de théâtre de Stefan Zweig, Légende d'une vie. Bien que moins fameuses que ses nouvelles ou ses biographies, les pièces de théâtre de Zweig valent le détour car elles sont très riches, denses et profondes. Légende d'une vie aborde des thèmes essentiels qui rendent la lecture digne d'intérêt et universelle. Une lecture dont je vous parlerai en détails prochainement.

     Pour rester sur le thème de Zweig, je vais également vous parlez d'ici peu de la pièce Le joueur d'échec au théâtre Rive Gauche. La mise en scène de Steve Suissa sur la réécriture d'Eric-Emmanuel Schmitt avec Francis Huster est tout simplement magistrale. Encore une très bonne pièce à ne pas manquer qui est couronnée de succès (méritée) et qui se poursuit jusqu'au mois de Janvier !

   Retournons maintenant aux lectures du mois de Septembre avec Le chien des Baskerville, d'Arthur Conan Doyle. C'est avec cette fameuse enquête que je découvre en littérature le célèbre détective Sherlock Holmes et le non moins célèbre Docteur Watson que je connaissais grâce aux films de Guy Ritchie. Cette enquête haletante est je pense une bonne manière de découvrir l'univers de Conan Doyle. Bien qu'écrit il y a plus d'un siècle, ce roman policier reste très efficace et passionnant et m'a donné envie de découvrir d'autres aventures du duo Holmes/Watson.

    La dernière lecture du mois était sensée être une lecture commune avec Céline72 et EntrelesPages (mais je n'ai pas publié mon billet...) autour d'un roman jeunesse historique que j'avais déjà lu lorsque j'étais enfant : A la poursuite d'Olympe, d'Annie Jay. Située durant le règne de Louis XIV, ce roman nous montre à travers les yeux d'Olympe (une jeune fille noble ayant fuit son couvent pour vivre sa propre vie) les différents aspects de la socitété française du XVIIème siècle. Un roman intéressant qui se lit "tout seul" et où j'ai pris plaisir à retomber en enfance le temps d'une lecture.

41EI3ftDrOL   couv11857593   couv31672538   joueur-dechecs-francis-huster-theatre-rive-ga-L-U9DUHS

 

     Passons maintenant au bilan livresque du moi d'Octobre, où j'ai lu... Oh ! et puis non en fait ! Rendez vous la semaine prochaine pour voir la suite de ce bilan bi-mensuel.

Posté par Ostinato à 12:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]