15 novembre 2014

Bilans mensuels n°15 et n°16 : Septembre et Octobre 2014 : SUITE ET FIN !

logobilmens

      Souvenez vous, la semaine dernière je revenais enfin parmi vous après une pause de quelques semaines où il a été question de savoir si j'allais conserver ce blog ou non. Grâce au soutien de certains d'entre vous, je suis revenue gonflée à bloc, prête à retrouver mon blog et à écrire de nouveau des articles qui iront se perdre dans la Toile. Je vous ai fait part samedi dernier de mon bilan livresque (et pas seulement) de Septembre, prête à enchainer sur celui d'Octobre quand je me suis dit que j'allais vous laissez dans un suspence insoutenable (rien que ça, ni plus ni moins !) le temps d'une semaine.

    L'heure fatidique est enfin arrivée, le suspence est à son comble, vous tremblez fébrilement derrière votre écran pour enfin découvrir que...

     Pour la première fois depuis le début de l'année j'ai échoué dans la réalisation de mon objectif du PLAN ORSEC 2014 organisé chez George ! Deux livres seulement ont été lu sur les trois prévus, l'objectif a donc été raté de peu, mais a été raté tout de même.

     Passons maintenant au détail de ces deux lectures : 

     Commençons par celle que j'ai préférée des deux, Au bonheur des ogres de Daniel Pennac. Je connaissais déjà un peu sa plume pour avoir lu Chagrin d'école en mai dernier. Le challenge autour de l'auteur ne tardant pas à se terminer, je me suis dit qu'il aurait été dommage de ne pas découvrir sa fameuse saga Malaussène. Je n'ai pas été déçue par ce premier tome haut en couleurs et en rebondissements (le deuxième est d'ailleurs déjà arrivé dans ma PAL). On s'attache très vite à cette famille pas comme les autres et à cet univers décalé flirtant avec l'absurde. Une très bonne découverte dont il me tarde de vous parler plus en détails dans un prochain billet.

    Véritable marathon livresque s'étalant sur plusieurs mois, c'est en Octobre que j'ai enfin terminé Quatrevingt-treize de Victor Hugo. Après autant de temps consacré à cette lecture, je ne sais plus quoi penser. Je reconnais le génie d'Hugo sur cette fresque révolutionnaire, mais la fin m'a terriblement déçue. Une épopée qui traine en longueur mais qui n'est pas dénuée de qualités. Il faut s'accrocher pour apprécier cette oeuvre ambitieuse, dont on retient plus la richesse de fond, la rigueur historique, la force des mots et le style inimitable d'Hugo que l'intrigue.

   Octobre a décidément été un petit mois puisque parmi ces deux lectures, aucune sortie théâtrale, artistique ou cinématographique n'est venue égayer ce mois de reprise universitaire. Heureusement, je me suis rattrapée de ce côté-là en Novembre où vous avez déjà pu lire mon avis sur le dernier film de David Fincher, Gone Girl. Un billet sur un autre film est par ailleurs en préparation...

couv16311037    couv10883509

Posté par Ostinato à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2014

Bilans mensuels n°15 et n°16 : Septembre et Octobre 2014.

logobilmens

     Près d'un mois après la parution de mon dernier article (Hors de moi, de Didier van Cauwelaert), je reviens enfin parmi vous pour vous dévoiler mon bilan non pas mensuel, mais bien bi-mensuel puisque je vous y dévoile mes lectures de Septembre ET d'Octobre. Par avance, je remercie toutes celles et ceux qui ont su me persuader de garder ce blog en vie au moment où j'avais beaucoup de doutes concernant sa survie... Merci à vous, c'est grâce à vous que ce billet de renaissance voit enfin le jour !

     Vous vous douterez que vu que le blog s'est accordé une petite pause salvatrice, aucune des lectures présentées aujourd'hui n'a encore eu le droit à sa chronique complète, mais ça ne va pas tarder à venir ! Passons maintenant aux lectures du mois de Septembre qui sont au nombre de trois (autrement appelé le minimum syndical, vous commencez à connaitre la musique...)

     Ça a beau être un de mes auteurs préféré, un de ceux qui occupent une place de choix sur le podium, mais je n'avais toujours pas lu un de ses ouvrages depuis l'ouverture du blog. L'injustice est désormais réparée puisque j'ai enfin découvert une des pièces de théâtre de Stefan Zweig, Légende d'une vie. Bien que moins fameuses que ses nouvelles ou ses biographies, les pièces de théâtre de Zweig valent le détour car elles sont très riches, denses et profondes. Légende d'une vie aborde des thèmes essentiels qui rendent la lecture digne d'intérêt et universelle. Une lecture dont je vous parlerai en détails prochainement.

     Pour rester sur le thème de Zweig, je vais également vous parlez d'ici peu de la pièce Le joueur d'échec au théâtre Rive Gauche. La mise en scène de Steve Suissa sur la réécriture d'Eric-Emmanuel Schmitt avec Francis Huster est tout simplement magistrale. Encore une très bonne pièce à ne pas manquer qui est couronnée de succès (méritée) et qui se poursuit jusqu'au mois de Janvier !

   Retournons maintenant aux lectures du mois de Septembre avec Le chien des Baskerville, d'Arthur Conan Doyle. C'est avec cette fameuse enquête que je découvre en littérature le célèbre détective Sherlock Holmes et le non moins célèbre Docteur Watson que je connaissais grâce aux films de Guy Ritchie. Cette enquête haletante est je pense une bonne manière de découvrir l'univers de Conan Doyle. Bien qu'écrit il y a plus d'un siècle, ce roman policier reste très efficace et passionnant et m'a donné envie de découvrir d'autres aventures du duo Holmes/Watson.

    La dernière lecture du mois était sensée être une lecture commune avec Céline72 et EntrelesPages (mais je n'ai pas publié mon billet...) autour d'un roman jeunesse historique que j'avais déjà lu lorsque j'étais enfant : A la poursuite d'Olympe, d'Annie Jay. Située durant le règne de Louis XIV, ce roman nous montre à travers les yeux d'Olympe (une jeune fille noble ayant fuit son couvent pour vivre sa propre vie) les différents aspects de la socitété française du XVIIème siècle. Un roman intéressant qui se lit "tout seul" et où j'ai pris plaisir à retomber en enfance le temps d'une lecture.

41EI3ftDrOL   couv11857593   couv31672538   joueur-dechecs-francis-huster-theatre-rive-ga-L-U9DUHS

 

     Passons maintenant au bilan livresque du moi d'Octobre, où j'ai lu... Oh ! et puis non en fait ! Rendez vous la semaine prochaine pour voir la suite de ce bilan bi-mensuel.

Posté par Ostinato à 12:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 septembre 2014

Bilan mensuel n°14 : Août 2014.

logobilmens

     Après l'effervescence culturelle du mois de Juillet, Août a été l'occasion pour moi de voyager loin, de prendre enfin les vacances tant espérées. Malheureusement, ces vacances n'ont pas été synonyme de lecture et je n'ai pas lu autant de livres que je le souhaitais. Seul trois livres sont sortis de ma PAL, mais fait rare et exceptionel qui mérite d'être mentionné, j'ai, pour la première fois depuis la création de mon blog, eu l'occasion de lire un service de presse (SP) qui m'a été proposé par les Editions VPS.

     Je vais d'ailleurs commencer ce bilan par celui-ci. Il s'agit de Loeuk... Tchong Kraoy, le premier roman de Phiseth Srun. J'ai publié sur mon blog la chronique complète de ce livre hier. Je vous invite à cliquer ici pour la lire si vous n'en avez pas encore eu l'occasion.

     Passons maintenant aux trois livres qui ont définitivement quittés ma gargantuesque PAL : contrairement à mes habitudes, j'ai lu plus de romans anglo-saxons que de romans français. C'est aussi ça les vacances, on bouscule ses habitudes le temps de quelques jours afin de mieux apprécier la routine en rentrant.

     Je vais commencer par la minorité, le seul roman français. Il s'agit du roman très américain d'Hubert Prolongeau qui porte très bien son nom, Américain, Américain. A travers le personnage fictif d'Howard Perrineau, Hubert Prolongeau nous plonge dans le Hollywood des années noires, celles de la chasse aux sorcières. Le personnage-narrateur est le meilleur ami du réalisateur de génie Elia Kazan, et le roman est le récit de leurs vies. On suit le parcours de Kazan, de l'ascension à la descente aux enfers. Ce roman repose sur un questionnement qui m'a passionné : La bassesse de l'Homme peut elle nourrir le génie ? Quels sont les éléments qui permettent de distinguer le chef-d'oeuvre du médiocre ? Un homme bon et honnête peut-il connaitre la gloire ? Toutes ces questions trouvent réponse dans ce très bon roman qui décrit minutieusement Hollywood à son âge d'or. Un vrai régal de lecture que je vous conseille de découvrir.

     Le deuxième livre, je l'ai acheté peu de temps avant mon départ et a directement rejoint mes valises. Nos étoiles contraires de John Green est sans conteste un de mes coup de coeur, si ce n'est le seul, de ce mois d'Août. Best-seller international, son succès est plus que mérité car ce livre est un véritable petit bijoux. On ressent toutes les émotions et malgré la difficultée du sujet, l'auteur arrive à nous faire rire et à aimer la vie. J'ai l'impression que la chronique va être difficile à rédiger car je vais avoir beaucoup de mal à mettre les mots justes sur ce que j'ai ressenti à la lecture. Affaire à suivre.

   Terminé à la dernière minute, Fahrenheit 451 est donc ma dernière lecture de cet été 2014. Véritable chef-d'oeuvre de la science-fiction, j'ai énormément aimé ce roman de Ray Bradbury. J'ai été estomaquée par la justesse et la précision de la vision futuriste de l'auteur. Cinquante ans auparavant, il avait presque tout deviné. Un livre qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie, surtout si on est amateur de livres. Je ne vais pas trop en parler ici car ma chronique est prévue pour bientôt.

     Voilà pour ce court bilan du mois d'Août. Les lectures ont été peu nombreuses pour un mois d'été mais ont toutes été excellentes. Sur les quatre lectures aoûtiennes, trois ont été de véritables coup de coeur mais pour des raisons différentes. Si on pouvait synthétiser ce mois en une phrase, je dirais que "La qualité a prit le pas sur la quantité". Espérons que mes lectures du mois de septembre seront nombreuses et tout aussi excellentes !

p   9782290015209FS   couv73822958   couv50997400

Posté par Ostinato à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2014

Bilan mensuel n°13 : Juillet 2014

logobilmens

      Après la folie littéraire du mois de Juin où j'ai lu pas moins de sept livres, je retrouve pour ce premier mois de vacances mon rythme de croisière habituel. J'ai ainsi lu quatre livres tout au long du mois de Juillet, quatre romans dont un pavé, que je vais tout de suite vous présenter.

     Ma première lecture du mois est donc un pavé de plus de 500 pages que j'ai récemment acheté au Salon du Livre de Poche de Saint-Maur. Il s'agit du premier roman traduit en français de la romancière italienne Valeria Montaldi intitulé La Rebelle : femme médecin au Moyen-Âge. Ce roman historique aborde un thème méconnu, celui des femmes-médecins qui exerçaient leur profession en dépit de l'obscurantisme ambiant de leur époque et de la mysoginie de leurs collègues. J'ai trouvé ce roman passionnant car on est vraiment plongé dans l'atmoshère de l'époque et on apprend de nombreuses choses, mais j'ai parfois regretté certaines réflexions un peu trop moderne des personnages qui émaillent le récit. 

     J'ai ensuite poursuivi ma quête sans fin de la dissolution complète de ma PAL en participant à deux Lectures Communes (LC pour les intimes). L'une a malheureusement été décalé à début Septembre et l'autre est d'ors et déjà chroniquée sur ce blog, puisqu'il s'agit du célèbre conte d'Erik Orsenna, La grammaire est une chanson douce. Si vous voulez en savoir plus sur ce livre, je vous invite à lire mon avis ici.

     Quant à la LC décalée pour Septembre, il s'agit du premier roman de Marc Dugain, La chambre des officiers. Ce roman est également un roman historique, mais aborde une période complètement différente, celle de la Première Guerre Mondiale. Dans ce livre, on suit le destin d'Adrien jeune officier du génie qui, dès les premières heures de la guerre, est défiguré par un obus allemand. Devenue une "gueule cassée", il doit apprendre à accepter son nouveau visage au sein de l'hôpital du Val de Grâce où il est enfermé avec d'autres soldats ayant connu les mêmes horreurs. Cette lecture est un vrai coup de coeur, mais vous en saurez plus en Septembre lorsque je ferai publier mon avis en même temps que celui de Natiora.

     Le dernier livre lu ce mois-ci est un des rares thriller d'Agatha Christie. Populaire sur la blogosphère, j'ai enfin lu à mon tour Rendez vous à Bagdad. Ici, exit Hercule Poirot, Miss Marple et autres époux Beresford, mais place à la délurée, mais non moins attachante, Victoria Jones ! J'ai aimé retrouvé la plume d'Agatha Christie en dehors des sentiers qu'on lui connait, on sent qu'elle a prit plaisir à écrire ce roman, qui combine légèreté, suspense et problèmes capillaires ;) Une lecture bien sympatique, idéale pour l'été qui possède désormais une patine vintage issue des fifties, ce qui ne fait qu'augmenter son charme.

    Voilà donc pour le récapitulatif de mes lectures du mois de Juillet. Mais ce récap' ne serait pas complet si je ne vous parlais pas de la mise de Denis Podalydès que j'ai beaucoup apprécié comme vous avez pu le constater dans un précèdent billet. J'avais eu un véritable coup de coeur pour le texte de Victor Hugo, et il a été sublimé par le jeux des acteurs de la Comédie Française. Guillaume Galliène est surprenant dans le rôle de Lucrèce Borgia. Un vrai spectacle comme on a malheureusement plus l'habitude d'en voir car les décors, les costumes et les jeux de lumières ne sont pas oubliés, bien au contraire, ce qui augmente le plaisir du spectateur.

     Encore une fois, ce mois de Juillet a été riche et intéressant culturellement parlant. Côté lectures, je m'en sors bien en ayant pas de déception et en ayant même un coup de coeur grâce à La chambre des officiers de Marc Dugain. Espérons que le mois d'Août, déjà bien entammé (édit : quasiment terminé) soit dans le même esprit. 

couv40076349   couv72431181   couv71912047   couv1408101

 

Posté par Ostinato à 15:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 juillet 2014

Bilan mensuel n°12 : Juin 2014.

logobilmens

      Déjà un an ! Un an de blog qui a bien évidemment été célébré comme il se doit ICI. Ce bilan du mois de juin est le douzième bilan effectué sur ce blog et comme toujours il a été rempli de lectures riches et variées qui se comptent cette fois-ci au nombre de 7 ! On voit que le début des vacances d'été est passé par là ! La semaine du Bac a ralenti mon rythme de lecture, mais je me suis bien rattrapée les quinze jours suivants comme vous pouvez le voir juste en dessous :

      Au-delà des lettres de Damien Khérès fait partit de la catégorie de livre que je n'aurais jamais lu si je n'avais pas ouvert ce blog un an auparavant. Amicalement proposé par l'auteur qui m'a contacté pour que je puisse lui donner mon avis dessus, Au-delà des lettres ne m'a malheureusement pas convaincue. Le sujet m'avait pourtant intéressé par son originalité, mais je n'ai pas du tout accroché au style de Damien Khérès. Je vous en dévoilerai plus d'ici peu.

      Parce qu'il y avait longtemps que je ne m'étais pas plongée dans un roman jeunesse, j'ai lu ce mois-ci un très (très) court roman de Christian Grenier intitulé Urgence. Ce roman est un livre que je possède depuis mon enfance, mais je n'avais jamais pris la peine de m'y intéresser. C'est fort dommage car l'histoire est palpitante mais reste malheureusement trop en surface. 

    Aussitôt acheté et aussitôt lu, Petits bonheurs de l'édition de Bruno Migdal est un court ouvrage que j'avais repéré sur le blog de George il y a quelques semaines. J'avais été interpellée par le thème de ce récit, l'envers du décor des maisons d'édition parisiennes du point de vue d'un stagiaire, car j'avais également eu l'opportunité de faire un stage de très courte durée dans une de ces maisons il y a quelques temps. J'ai retrouvé dans cet ouvrage des similitudes avec ma propre expérience mais aussi des divergences et j'ai aimé pouvoir confronter ces deux visions. L'ensemble m'a convaincue mais j'ai regretté la lourdeur du style de l'auteur qui aurait gagné en efficacité si il avait été plus léger.

     Je suis retournée à mes basiques littéraires ce mois-ci en m'intéressant au roman d'Yves Dangerfield nommé Saint-Cyr : La maison d'Esther où l'on découvre l'évolution de la Maison Royale de Saint-Louis fondée par Louis XIV et Madame de Maintenon. Lorsque j'étais plus jeune, j'étais une inconditionnelle de la série jeunesse d'Anne-Marie Desplats-Duc, Les colombes du Roi-Soleil, qui reprend sensiblement le même thème que le roman de Dangerfield. En lisant ce roman, j'ai eu l'impression de me retrouver dans les lectures de mon enfance, mais j'ai préféré la version de Dangerfield qui est plus réaliste et plus respectueuse des faits historiques.

     Après avoir eu un véritable coup de coeur pour la BD de Catherine Meurisse Mes hommes de Lettres en janvier dernier, j'ai lu son second opus, Le pont des arts, qui s'intéresse à la relation que la peinture et la littérature entretienne ensemble. Moins efficace que le précédent, cette BD reste tout de même très sympathique. On prend plaisir à lire les différentes cases et on passe un bon moment de lecture.

    Lors de mon arrivée sur Twitter en mars dernier, je me suis abonnée aux différents compte des maisons d'edition et j'ai eu la chance d'être la 7000ème abonnée des Editions Robert Laffont. Pour me remercier, ils ont la gentillesse de m'offrir un roman qui venait tout juste de paraitre en librairie, A l'été qui commence ! Ce roman est le premier traduit en français de la romancière catalane Silvia Soler. Je ne pense pas que j'aurais lu ce roman dans d'autres circinstances et j'aurais raté ainsi un très bon moment de lecture. J'ai beaucoup aimé suivre l'histoire de Julia et Andreu qui est une ode à la vie. Je vous conseille ce roman solaire (Soler ;) ) idéal pour la saison !

     Dernière lecture du mois et pas la moindre puisque c'est un coup de coeur, j'ai enfin lu Un jour de David Nicholls. J'avais vu le film au moment de sa sortie au cinéma et j'en avais été émue aux larmes. L'effet a été identique au moment de la lecture du roman. C'est beau, c'est prenant, c'est émouvant et je n'ai pas réussi à lâcher ce pavé de plus de 600 pages que j'ai lu en un peu plus d'une journée ! Ma lecture préférée du mois qui est suivie de près par A l'été qui commence !

     Mais le mois de juin ne s'est pas fait que de lectures, il s'est aussi fait de cinéma (et d'examens, mais ça on s'en fiche...). J'ai eu l'occasion de voir au cinéma le dernier film de Clint Eastwood, Jersey Boys, dont je vous ai parlé avant-hier et qui est un véritable coup de coeur cinématographique ! J'ai adoré ce film qui s'inscrit dans la lignée des grands films de mafia italo-américains des années 1970 ainsi que des Affranchis de Scorsese. Un très bon biopic, très esthétique dans l'image et impeccable dans la réalisation.

   Le deuxième film vu ce mois-ci est dans ma collection personnelle de DVD, il s'agit du biopic de Sacha Gervasi sur le réalisateur de génie Alfred Hitchcock sobrement appelé Hitchcock. Le film se concentre sur la génèse d'un des plus grands succès du réalisateur britannique, Psychose. Ce projet contoversé se situe à une période charnière de la vie d'Hitchcock, il est en pleine remise en question personnelle et professionnelle. Le film manque parfois un peu de rythme mais possède quelques effets de caméra intéressants à voir. De plus, la prestation d'Anthony Hopkins et d'Helen Mirren en tant qu'époux Hitchcock est incroyable !

En espérant que Juillet soit tout aussi remplie (voir plus) que Juin, je vous souhaite à tous de moments de lectures, de cinéma, et de culture plus généralement. 

couv58416399  202_Urgence_2005  couv45064640  9782757801437  

couv58511432  9782221141465  un jour blog  

 

Jersey_Boys_affiche_clint_eastwood   Hitchcock-affiche

Posté par Ostinato à 18:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 juin 2014

Bilan mensuel n°11 : Mai 2014.

logobilmens

     Le mois de mai fut une fois encore un mois riche en lecture avec pas moins de cinq livres différents. Depuis l'ouverture de ce blog, je me rend compte que je consacre beaucoup plus de mon temps libre à la lecture et ainsi, le nombre de mes lectures mensuelles augmente. Comme toujours, les lectures furent variées : je me plait à cultiver cette diversité et je n'aime pas rester enfermée dans un carcan de genre littéraire ou de pays déterminé au préalable. De plus, le mois de mai a également été l'occasion pour moi de faire une sortie cinéma en allant le dernier film de Darren Aronofsky, Noé, dont je vous parlerais plus en détails très prochainement. Cependant, pas de sortie au musée cette fois-ci, ce sera sans doute pour le mois prochain.

     Passons maintenant en revue détaillée les différentes lectures effectuées au mois de mai : cette fois-ci un roman social anglais côtoit deux récits autobiographiques français, un roman champêtre américain et un monologue allemand ! Quand je vous dit que je fais dans la variété !

     La première lecture du mois est d'ors et déjà chroniquée sur le blog, il s'agit de Victoria et les Staveney de Doris Lessing, un (très, trop ?) court roman social anglais. Le style de Doris Lessing est une fois encore impeccable (n'est pas Prix Nobel de Littérature qui veut) et ce roman traite des sujets phares de l'auteur : racisme, discrimination et condition féminine. Malheureusement l'ensemble est beaucoup trop court, ce qui laisse une sensation d'inachevé après la lecture alors que l'histoire aurait pu être bien mieux traité car elle avait du potentiel. Une lecture que j'ai tout de même appréciée mais qui pêche par sa longueur.

     La seconde lecture du mois m'a causé bien des touments, ceux qui me suivent sur Twitter le savent, ils ont subis durant plusieurs semaines ma lutte contre l'impossible, c'est à dire finir ma lecture de My Antonia de Willa Cather ! C'est la première fois que cela m'arrive depuis l'ouverture de ce blog, mais j'ai capitulé face à ce sommet d'ennui mortel. Cette lecture en VO ne m'a absolument pas enchantée et était particulièrement contraignante. Parfois abandonner a du bon et procure un réel soulagement.

     Pour cette troisième lecture mensuelle, je me suis plongée dans le récit d'Alexandre Jardin intitulé Des gens très bien. J'avais jusqu'alors jamais lu ses oeuvres et je dois dire que j'ai été impressionée par cette mise à nu par rapport au passé de sa famille (son grand-père était le directeur de cabinet de Laval durant la rafle du Vel' d'Hiv'). Ici, ce n'est pas le style littéraire qui prime, mais la démarche de l'auteur qui doit faire face à ses démons du passé. La démarche est louable, mais peut parfois être trop intime pour le lecteur qui peut parfois avoir l'impression d'être face à un réglement de compte privé qui ne le regarde en rien. On sent tout de même qu'Alexandre Jardin s'est livré tout entier et qu'il a écrit cet ouvrage avec ses tripes.

     Lu dans le cadre d'une lecture commune avec Azilis, j'ai en réalité dévoré Chagrin d'école de Daniel Pennac. Ayant l'habitude de lire ses ouvrages jeunesse, j'ai pris plaisir à lire cet essai qui mêle l'expérience de Pennac en tant que cancre durant son enfance, de professeur de français ainsi que ses considérations sur l'école actuelle. Pour y être encore, j'ai trouvé que son propos sonnait juste, même si je ne suis pas totalement d'accord sur certains points. On plonge avec plaisir dans les souvenirs autobiographiqes qui se dévorent "comme un roman". Une lecture plaisante qui fait tout de même réfléchir, que je vous conseille si vous ne l'avez pas déjà lu.

     J'ai renoué avec le monologue théâtral ce mois-ci en lisant La contrebasse de Patrick Süskind, auteur du best-seller Le parfum. Le personnage est un contrebassiste professionnel névrosé qui ne jure que par son instrument. De manière subtile, le dramaturge arrive à briser la carapace de cet homme rongé par ses sentiments et états d'âme qui se dissimule par sa pédenterie proprement artistique. C'est parfois drôle mais c'est souvent ironique, ce qui donne une sensation amère à la fin de la lecture.

  Le mois de mai est désormais achevé et à laissé sa place au mois de juin qui marquera les 1 an de ce blog !!!!! D'ici là, portez vous bien. 

couv31720812   My Antonia   couv13756485   couv52117097   couv19790955NOE-Noah-Affiche-France-Finale

Posté par Ostinato à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 mai 2014

Bilan mensuel n°10 : Avril 2014.

logobilmens

       Il me semble que le temps passe de plus en plus vite. Chaque mois s'écoule plus rapidement que le précédent et je dois avouer que je n'ai pas vu passer ce mois d'avril. Cela ne m'a pas empêchée de lire et encore moins d'acheter des livres. En revanche, je n'ai pour l'instant écrit aucune chronique concernant ce qui s'est passé durant le mois où l'on ne doit pas se découvrir d'un fil, j'étais bien trop occupé à rattrapper mon retard de chroniques déjà bien conséquent.

       Côté lecture, je dois avouer que ce mois d'avril ne débutait pas sous les meilleurs auspices avec une lecture qui ne m'a pas entousiasmé et une franche déception. Heureusement, les classiques de la littérature ont été, cette fois-ci, plus que réconfortants (une fois n'est pas coutume) et m'ont ainsi empêché de désespérer complètement.

       Mes lectures de ce mois d'avril s'élèvent au nombre de quatre, ce qui peut sembler assez peu, mais c'est déjà beaucoup plus par rapport au même mois de l'année passée où j'ai dû lire un livre ... Quatre livres par mois semble également être devenu mon rythme de croisière pour la lecture et je suis ravie d'avoir trouvé un rythme qui me convienne enfin. 

      Je profite également de ce post pour vous remercier : Vous êtes de plus en plus nombreux à me lire sur ce blog et ça me touche beaucoup. Sans vous, ce blog n'aurait pas le même cachet, ni le même intérêt, car ce sont vos commentaires qui rendent Lukea Livres vivant et attractif.

      Passons maintenant au détail des lectures de ce mois-ci qui sont, comme je vous l'ai annoncé, au nombre de quatre : une pièce de théâtre française et trois romans : un "culte" américain, un classique anglais et un contemporain français.

      La première lecture du mois d'avril est le court roman culte de Richard Bach intitulé Jonathan Livingston le goéland, je l'avais découvert l'été dernier au moment de l'ouverture de ce blog grâce à d'autres blogueuses qui semblaient emballées. Pour ma part, cet hymne à la liberté et à la quête de soi ne m'a pas transportée mais ne m'a pas spécialement déplu. L'avantage est qu'il se lit très vite et qu'il donne matière à reflexion, ce qui n'est déjà pas si mal...

      La seconde lecture du mois est une lecture commune partagée avec hopeee sur La petite robe de Paul de Philippe Grimbert. Après avoir lu et aimé Un secret en juillet dernier, j'ai eu envie de renouveller l'expérience en lisant un autre ouvrage de Grimbert. Et là, la déception fut grande, je n'ai pas du tout aimé ce court roman qui me semble totalement tiré par les cheveux et vraiment banal. Vous en saurez plus quant hopeee et moi auront publié nos billets.

      Pour cette troisème lecture mensuelle, je me suis attaquée à un monument de la littérature gothique britannique en lisant L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, de Robert Louis Stevenson. Je connaissais bien évidement l'histoire car elle est très célèbre mais la lecture de cette nouvelle a été très agréable. Ayant beaucoup travaillé sur la littérature gothique dans le cadre de mes cours, j'ai pris plaisir à me plonger dans l'un de ses ouvrages emblématiques. Sans être un coup de coeur, cette lecture m'a beaucoup plu et je la conseillerais volontiers.

     Dernière lecture et pas des moindre puisqu'il s'agit d'un gros coup de coeur, j'ai lu (dévoré serait plus juste) la pièce Lucrèce Borgia de Victor Hugo, dans l'optique de préparer ma vision prochaine de la représentation de la Comédie Française avec Guillaume Galliène dans le rôle-titre. J'ai adoré ce drame de bout en bout et j'ai ainsi réalisé pour la première fois toute l'étendue du talent et du génie d'Hugo. Une pièce à lire et à relire !

    Mais le mois d'avril ne s'est pas fait que de lectures puisque j'ai eu l'occasion de visiter dans le cadre de la rubrique "Ostinato en vadrouille" l'Exposition Marvel au Musée des Arts Ludiques. Je commence à bien connaitre ce musée puisque j'avais déjà visité l'exposition d'ouverture consacré à l'univers Pixar. Une fois encore, l'exposition était très fournie en terme d'oeuvres exposées mais il manquait malheureusement des explications. Je la conseillerais aux amateurs de cet univers super-héroïque car cette exposition nécéssite, selon moi, des bases solides pour bien comprendre l'ensemble.

     En préparation de l'ouverture prochaine d'une nouvelle rubrique sur le blog consacrée au cinéma, intitulée "Arrête ton cinéma !", j'ai visionné pour vous deux films totalement différents qui m'ont cependant beaucoup plu. Il s'agit de The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson et Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ? de Philippe de Chauveron. Sans vouloir trop en dévoiler pour le moment, je peux tout simplement vous dire de courir dans le cinéma le plus proche, vous passerez de bons moments !

 couv55994154   9782253068198-T   couv25677454   couv31379634

 

lart-super-heros-marvel-avis-sur-lexpo-L-vy8xaR

 

 

the-grand-budapest-hotel-affiche-france     QU+EST+CE+QU+ON+A+FAIT+AU+BON+DIEU

 

Posté par Ostinato à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 avril 2014

Bilan mensuel n°9 : Mars 2014.

logobilmens

     Contrairement au mois de février où je m'étais davantage portée vers la visite d'expositions et de musées, j'ai retrouvé le plaisir que me procure la lecture en ce début du printemps en lisant 5 livres dont une lecture scolaire (La conscience et la vie, de Bergson) qui ne sera pas chroniqué sur le blog (j'ai déjà suffisamment de retard sur mes chroniques, ce n'est pas la peine de faire de l'excès de zèle ! ;) ).

      Ce nombre inhabituel de lectures et bien sûr contrebalancé par 2 achats livresques (sinon le plan Orsec serait trop simple à réussir n'est-ce pas ?) : il s'agit de Certaines n'avaient jamais vu la mer, de Julie Otsuka et un livre en V.O, My Antonia de Willa Cather. Cela réduit donc l'avancée de la fonte de ma PAL à 3 livres seulement (objectif minimum que je m'étais fixé).

      Maintenant que j'ai fini de régler mes comptes d'apothicaires, passons aux lectures effectuées ce mois-ci et que je chroniquerais sur le blog. Réduite au nombre de 4 (promis j'arrête avec mes chiffres et mes calculs !) elles sont une fois encore diverses et variées, comme je les aimes !

     La première lecture du mois est d'ors et déjà chroniqué sur le blog, il s'agit du premier roman de Julie Otsuka Quand l'empereur était un dieu. J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce court roman qui se situe durant la Seconde Guerre Mondiale et qui parle de ce conflit au travers d'un angle original : la déportation des populations japonaises ou d'origine japonaises sur le sol américain dans des camps de prisonniers. Tout en pudeur et finesse, l'auteure nous dépeint le quotidien d'une famille américano-japonaise face à la dureté du camp et de ses geôliers. Une lecture bouleversante qui donne envie d'en savoir plus et de lire le deuxième roman de Julie Otsuka (d'où mon achat !).

      La seconde lecture du mois est totalement différente, puisqu'il s'agit de la première grande pièce de théâtre de Marcel Pagnol, Topaze. Contrairement à La fille du puisatier que j'avais lu l'été dernier et qui pouvait s'apparenter à une comédie de moeurs, Topaze est une pièce à la fois comique, cynique et pleine d'ironie. Le schéma de la pièce et les caractéristiques des personnages peuvent faire penser à une pièce classique dans la pure tradition de Molière, mais ce texte est en réalité très ancré dans son époque et possède de nombreux éléments universels. Une lecture de Pagnol qui m'a encore une fois beaucoup plu et qui me donne envie de continuer ma découverte de son univers.

      Troisième lecture et pas des moindre, je me ré-attaque à l'oeuvre de Boris Vian qui m'avait beaucoup déçue en juillet dernier avec l'Ecume des jours. J'ai cette fois-ci décidé de changer de registre en lisant son Manuel de Saint-Germain-des-Prés, chronique personnelle et loufoque d'un des plus célèbre quartiers de Paris à son apogée. Bien que cette lecture fut plus plaisante, je n'accroche décidément pas à l'univers littéraire de Vian, je préfère sans nul doutes ses chansons. Peut-être que la lecture de l'Arrache-coeur, dernier de ses romans qui se trouve dans ma PAL me permettra d'apprécié pleinement sa prose...

      Le dernier roman lu in extremis de ce mois de mars appartient à un genre que je n'ai pas encore évoqué sur ce blog : le thriller. Plus qu'un thriller, Hors de moi de Didier van Cauwelaert est un thriller métaphysique où le personnage principal, sortant tout juste d'un coma après un accident et ayant la mémoire indemne, doit faire face à l'ignorance de ses proches et l'usurpation de son identité par un autre qui s'est approprié de manière stupéfiante sa vie d'avant, même ses souvenirs les plus enfouis... Un roman qui contient beaucoup de suspense et d'actions, on ressent de l'empathie pour ce personnage qui doit faire valoir son droit d'exister. Une idée originale et prenante pour un roman qui se lit "tout seul".

4 belles lectures donc, qui m'ont emmenées dans des horizons divers, ce qui fait que je n'ai pas eu besoin de me ressourcer au musée ce mois-ci, donc pas de nouvelles chroniques d'Ostinato en vadrouille en ce mois de mars. Ce sera peut-être pour le mois d'avril avec qui sait l'exposition Marvel au musée des Arts Ludiques...

quand empereur    topaze-marcel-pagnol-9782877065160    manuel de saint-germain-des-pres    9782253112488-G

Posté par Ostinato à 21:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 mars 2014

Bilan mensuel n°8 : Février 2014.

logobilmens

          Contrairement au mois de Janvier où j'avais débuté le Plan Orsec 2014 avec énergie et motivation en lisant deux livres de plus par rapport à mon objectif initial, durant le mois le plus court de l'année j'ai lu le strict minimum, c'est-à-dire 3 livres (dont un tout petit). J'ai de plus fait une petite entorse à mon objectif premier, à savoir ne pas faire de nouveaux achats avant d'avoir lu 10 livres au minimum depuis le 1er Janvier 2014. J'ai lamentablement échoué en achetant 3 livres (La contrebasse de Patrick Süskind, Rendez-vous à Bagdad d'Agatha Christie et Quand l'empereur était un dieu de Julie Otsuka) L'heure est donc au bilan des lectures effectuées ce mois-ci :

           Après un mois de Janvier enchanteur où j'ai eu la chance de n'avoir eu que des bons moments de lecture, j'ai eu en Février la malchance de commencer le mois sur une cuisante déception en lisant L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA  de Romain Puértolas qui est d'ors et déjà chroniqué sur ce blog (c'est d'ailleurs le seul pour le moment.) Je ne vais donc pas m'étendre dessus.

       Alors que le film sortait le 5 février au cinéma, j'ai lu ce mois-ci La mécanique du coeur de Mathias Malzieu afin d'en voir l'adaptation cinématographique ensuite. J'avais lu de nombreux avis dithyrambiques sur la blogosphère littéraire avant de me lancer, ce qui fait que j'étais très impatiante d'entamer cette lecture...et j'ai très vite déchanté. Sans être une déception car j'ai plutôt bien aimé ce roman, je dois avouer que le livre ne m'a pas fait beaucoup d'effets et que je m'attendais à mieux. J'ai néanmoins trouvé que l'auteur était très prometteur et je lirais volontiers un autre de ses ouvrages pour me faire un avis plus juste.

            J'ai terminé le mois de Février en lisant une longue nouvelle de Marcel Aymé intitulée La bonne peinture. Paru dans la collection Folio 2€, cette nouvelle est la première oeuvre que je lis de l'auteur des Contes du Chat perché. J'ai apprécié le mélange entre l'univers fantastique de la nouvelle et la description du monde de l'art faite par l'auteur qui donne un mélange détonnant assez sympatique. Une découverte agréable mais ce n'est malgré tout pas un coup de coeur.

       Le manque de lectures entousiasmantes ce mois-ci explique sans doute la petite baisse de régime concernant la fonte de ma PAL et l'envie de m'adonner à d'autres loisirs que celui de la lecture. C'est pour cette raison que la rubrique "Ostinato en vadrouille" sera plus fournie que d'habitude en la présence de plusieurs articles mentionnés "Spécial Londres". Ma nouvelle visite de la capitale britannique m'a une fois de plus enchantée et les différentes visites que j'y ai faite m'ont passionnées. Je vous les détaillerais dans les semaines à venir. De plus, j'ai eu l'opportunité de participer à une visite guidée de l'exposition "Le suréalisme et l'objet" au Centre Pompidou ce qui me permettra de mettre cette visite en paralèle avec ma lecture prochaine du recueil de poèmes d'Eluard et Man Ray Les mains libres

    Février aura donc été plus axé sur la culture artistique que littéraire mais je pense qu'il est parfois important de découvrir de nouveaux horizons et d'aller en dehors de nos habitudes, ne serait-ce que pour mieux y revenir après... 

images

C_Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c_7935      lamecanique1      couv24660336

Posté par Ostinato à 00:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 février 2014

Bilan mensuel n°7 : Janvier 2014

     Nous sommes le premier jour du nouveau mois, il est donc temps d'établir un petit bilan du mois qui vient de s'écouler. Le premier mois de cette nouvelle  année a été synonyme de régime intensif pour ma PAL qui se déleste de 5 livres ce mois-ci !!! ( Mon inscription pour le plan Orsec 2014 y est peut-être pour quelque chose ...). Je suis ravie d'avoir ainsi pu faire des lectures variées et plaisantes qui ont été pour certaines de véritables coup de coeur. Voici le détail de ce mois de janvier :

    J'ai choisis de débuter l'année 2014 en lisant une BD de la dessinatrice de Charlie Hebdo, Catherine Meurisse, intitulée Mes hommes de Lettres. Cette lecture a été un gros coup de coeur, j'ai adoré cet album fabuleusement drôle et intelligent. J'ai appris de nombreuses choses à propos de notre histoire littéraire. Cet ouvrage m'a donné envie de lire davantage de classiques et de poursuivre ma lecture des albums de Meurisse avec Le Pont des arts qui est consacré aux peintres du XIXème siècle. Je vous le recommande.

    Ma deuxième lecture du mois a été un "pavé" de 700 pages écrit par Douglas Kennedy, La poursuite du bonheur, qui a été une agréable découverte du travail de cet auteur et m'a donné envie de lire un autre roman que j'ai de lui qui se trouve dans ma PAL: L'homme qui voulait vivre sa vie. J'ai apprécié le cadre historique et je me suis attachée à ces personnages aux sentiments complexes qui doivent faire face aux grands enjeux de leur temps.J'ai néanmoins regretté certains passages qui m'ont semblé superflus. Un livre agréable sans être un coup de coeur.

    Passons maintenant aux livres que je n'ai pas encore chroniqués : ils sont au total de trois et sont, une fois encore, très différents les un des autres. En janvier, un monologue de théâtre italien cotoit un roman biographique français et un roman policier anglais. Bref, c'est l'auberge espagnole !

    Lu dans le cadre d'une lecture commune avec Eimelle, Novecento: pianiste est le monologue de théâtre italien qui m'a permis de découvrir toute la poésie et le talent d'Alessandro Baricco. J'ai été charmée par l'histoire de ce pianiste n'ayant passé toute sa vie sur un bateau sans jamais toucher la terre. En outre, il m'a permis de valider plusieurs participations aux challenges auxquels je contribue. Le billet arrive bientôt.

    Lu dans le cadre du "Jacques a dit" du mois de Janvier chez Métaphore, Alabama Song est un roman biographique français ayant obtenu le prix Goncourt en 2007. J'ai beaucoup apprécié le style qu'a utilisé Gilles Leroy qui retranscrivait parfaitement l'état d'esprit de Zelda Fitzgerald. Bien qu'il ait reçu un accueil mitigé au sein de la blogosphère, j'ai aimé ce roman que j'ai lu d'une traite et j'espère lire prochainement un autre roman de Leroy (Zola Jackson est encore dans ma PAL).

    Il y avait longtemps que je ne m'étais pas plongée dans un roman de "La reine du crime" Agatha Christie. En lisant Le crime du golf, une des rares aventures de Poirot se déroulant en France, j'ai été ravie de retrouver les personnages que j'appréciais tant plus jeune, de retrouver cette ambiance et époque particulière désormais révolue. Une fois encore je me suis faite menée du bout du nez tout au long de l'enquête et j'ai été surprise lors du dénouement final. Une lecture qui donne envie de lire d'autres aventures du détective belge.

    Voici donc pour les lectures du mois de janvier. Cependant le premier mois de 2014 ne s'est pas résumé qu'en cela, puisque j'ai continué la rubrique que j'ai créée en décembre dernier, Ostinato en vadrouille qui relate mes expéditions en milieux artistiques (musées, expositions temporaires, galleries d'art...). Ce mois-ci je me suis précipitée à l'Exposition Astérix à la BNF avant la fermeture définitive qui a eu lieue le 26 janvier. Vous en saurez plus dans un prochain billet, promis !

asterix-a-la-bnf-b7r0

 

meshommesdelettres_78176  10230_664173  couv33199395 

 leroy 1 blog  75815_2657640

 

 

logobilmens

Posté par Ostinato à 01:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]