NOE-Noah-Affiche-France-Finale

     Après avoir réalisé le film Black Swan en 2011, Darren Aronofsky change totalement de registre en adaptant un des épisodes les plus célèbres de la Bible, le Déluge. Accompagné dans cette aventure par un casting de choix (Russel Crowe, Emma Watson, Jennifer Connelly ou encore Logan Lerman), Darren Aronofsky aurait pu faire un film qui aurait marqué les esprits... si seulement il avait lu le passage de la Bible en question !

     En effet, ce très long métrage (plus de deux heures de film) n'a de biblique que le titre. Darren Aronofsky utilise l'épisode biblique du Déluge ainsi que la figure de Noé pour réaliser un blockbuster insipide et excéssif, beaucoup plus proche de Game of Thrones que de la source d'origine du film. Oubliant totalement le coeur de l'histoire ainsi que la morale qui en découle, Noé reprend les grosses ficelles des blockbusters d'heroic fantasy de ces dernières années en ajoutant des personnages improbables (des géants de pierres tombés du ciel, chargés de défendre l'Arche avec leur force brute et leurs voix marquées par les siècles qui font immédiatement penser aux Ents du Seigneur des Anneaux) ainsi qu'une profusion d'effets spéciaux de mauvaise qualité.

     De plus, le réalisateur modifie entièrement l'histoire de Noé en ajoutant des storylines absurdes qui rendent le film complètement grostesque (on passera très rapidement sur le dilemme de Noé autour des jumelles...). Ces éléments de scénario n'apportent rien d'intéressant en terme de cinéma ou de réflexion et de questionnement philosophique, et ils occupent par ailleurs la majorité du film. On passe ainsi à côté de l'essentiel, de ce qui fait tout l'intérêt du récit du Déluge.

    Le Déluge en lui-même est heureusement bien rendu à l'écran. Visuellement parlant, l'image est belle, c'est sans doute le meilleur moment du film, même si certaines actions peuvent laisser le spectateur dubitatif ( je me demande encore comment le produit "magique" faisant penser à de l'encens à réussi à endormir tous les animaux de l'Arche d'un coup et ce, durant plus de neuf mois sans qu'il n'y ait de réveil ou autres pertubations). Le film, par ailleurs, rallonge la durée du Déluge passant de quelques jours dans le récit biblique d'origine à quasiment une année (!!!!!) afin de renforcer l'intensité dramatique grâce à un huis clos où se déroulent de nombreuses péripéties. 

    Transformée par certains moments en plaidoyer écologique mais étant le reste du temps un mauvais film de divertissement, l'histoire de Noé a été vidée de sa substance pour devenir un film sans intérêt, oscillant entre le film d'auteur et le pur divertissement sans jamais trouver définitivement son camp. J'ai été très déçue par le rendu final et le traitement de l'histoire biblique par Darren Aronofsky. Venant d'un tel réalisateur ayant une vraie signature cinématographique et beaucoup de talent, je m'attendais à beaucoup mieux de sa part. On sent qu'il n'était pas inspiré par le sujet et qu'il a réalisé ce film comme si il avait été contraint de le faire.

     Gageons que son prochain film sera meilleur et qu'il nous fera oublier cette version de l'histoire de Noé...

1768525c259c5da44