672119_2838529

      En voilà un roman qui est dans ma biblothèque depuis des années ! Mais heureusement grâce au blog, je l'en ai exhumé et j'en suis ravie. Iqbal, un enfant contre l'esclavage de Francesco d'Adamo est le premier livre jeunesse que je chronique sur ce blog mais il est à mettre à la portée de tous que vous soyez adultes, ados ou enfants.

        Le roman est inspiré d'une histoire vrai situé au Pakistan dans les années 1990, celle d'Iqbal un jeune esclave travaillant pour le compte d'Hussein Khan, un important marchand de tapis de Lahore possédant une dizaine d'enfants esclaves pour lui confectionner sa marchandise. Iqbal est le dernier arrivé à l'atelier et le jeune garçon s'illustre grâce à son talent de tisserand mais aussi par son insolence et son âme de chef. En quelques mois, il parvient à souder le groupe d'enfants en leur donnant une cause commune : s'échapper de l'atelier d'Hussein et rentrer chez leurs familles, qu'ils n'ont pas vus depuis plusieurs années. L'idéal est noble, mais le parcours pour y parvenir est semé d'embûches. Après de nombreuses péripéties, Iqbal parvient à quitter l'atelier et rencontre par hasard Eshan Khan, le dirigeant du front de la lutte de la libération du travail des enfants. S'ensuit alors une formidable relation entre ces deux êtres liés par cette cause encore et toujours d'actualité. Iqbal connaitra un destin extraordinaire qui mérite d'être raconté et transmit. Son combat est une cause toujours d'actualité et nous ne devons pas oublier que des enfants (mais aussi des adultes !) sont encore des esclaves au XXI è siècle, quelque soit la région du monde. 

        La postface écrite par l'auteur nous rapelle bien les enjeux d'un tel combat et nous sensiblise sur le sort de millers (voir millions) de personnes à travers le monde condamnées à servir un maitre jusqu'à leurs morts. C'est donc un roman jeunesse abordant un thème grave et brûlant d'actualité, mais l'auteur utilise le personnage de Fatima (une des enfants esclave entrenant une relation privilégiée avec Iqbal) pour narrer ce drame et prendre du recul face à l'histoire. En lui faisant prendre la parole, Adamo utilise un vocabulaire simple ainsi que des images très enfantines et pleine de naïveté pour décrire des moments graves. Nous nous attachons à ce personnage et nous sommes sensibles à ce destin au final assez tragique Le personnage de Maria (autre enfant esclave de l'atelier) est également très touchant grâce à son passé, son rôle au moment de la libération et par sa volonté farouche de sauver les autres enfants de l'enfer.

      Iqbal, un enfant contre l'esclavage est un roman jeunesse qui ne me semble pas très connu mais qui mériterai de l'être ne serais-ce que pour informer sur l'esclavage moderne en utilisant la vie d'un de ses plus jeunes mais pas des moindres, opposant. C'est un roman que je conseille non pas pour ses qualitées littéraires mais pour le message qu'il souhaite transmettre.