000358689

     Et de un ! Les caprices de Marianne est ma première lecture scolaire obligatoire pour la rentrée et je dois avouer que l'obligation s'est très vite transformé en plaisir.

    Cette courte pièce en 2 actes raconte l'histoire d'un triangle amoureux napolitain : Coelio, Octave et Marianne.

    Coelio est un jeune homme de bonne famille qui est amoureux de Marianne, la femme du juge Claudio. Octave, le cousin de Claudio et meilleur ami de Coelio sert d'entremetteur entre Marianne et Coelio. Mais Marianne refuse de prendre un amant et décide de rester fidèle à son époux. Claudio, quant à lui est persuadé que Marianne a un amant et décide de  tuer ce dernier pour garder son honneur sauf. Mais peu à peu, Marianne, l'épouse fidèle tombe sous le charme d'Octave au détriment de Coelio...

   Cette pièce prend place dans la haute société napolitaine. Tous les personnages masculins représentent un personnage-type de théâtre et sont attirés par Marianne, l'unique personnage féminin qui a un rôle fédérateur.

 - Claudio, son époux, souhaite préserver son honneur en commandittant l'assassinat de l'amant qu'il soupsonne à sa femme. C'est le vieux barbon dans les comédies classiques, celui qui empêche la réunion des amants et qui représente le monde des adultes.

 - Coelio est l'amoureux transit qui est prêt à tous les sacrifices pour plaire à Marianne mais qui n'ose pas lui dire en face, il a besoin d'un entremetteur pour déclarer sa flamme à celle qu'il aime.

 - Octave, quant à lui, est l'entremetteur et confident de Coelio, il lui est loyal et fait tout ce qui est en son pouvoir pour unir son ami à Marianne, c'est l'équivalent du valet dans les comédies classiques ayant plus d'un tour dans son sac, tour qu'il ne maitrise pas toujours...

On pourrait penser en lisant ce résumé que Les caprices de Marianne est une comédie issue de la tradition classique, comme Musset himself l'affirmait. Or, il n'en n'est rien, car cette pièce qui commence comme une comédie se transforme peu à peu en tragédie. Cependant, certains moments de la pièce sont vraiment amusants : je pense notemment au dialogue entre Octave et Claudio, les deux cousins qui s'insultent copieusement à la taverne et qui apporte de la légerté à la pièce.

En tout cas, Musset est désormais un auteur qui ne restera plus très longtemps dans ma PAL, car j'ai beaucoup apprécié cette lecture du début jusqu'à la fin. Enfin, jusqu'aux fins car Musset se plait à clore ce "Spectacle dans un fauteuil" avec une fin alternative plus adaptée à une représentation scénique et qui est, à mon sens, meilleure et plus aboutie que la première.

 

Comment participer à un challenge sur le théâtre dans la catégorie Musset sans lire au moins une pièce de cet auteur ? C'est impossible et c'est aussi pourquoi ce billet est ma troisième participation au challenge "En scène !" d'Eimelle.

Sans nom 1